Tout savoir sur la reconnaissance au travail

eXo Platform Blog

La reconnaissance au travail est un sujet déterminant pour les entreprises et les collaborateurs. Pourtant c’est un besoin difficile à appréhender car il revêt de nombreuses formes.

Une personne ne formule que rarement un besoin de reconnaissance. Il faut pouvoir identifier les messages indirects qui vont démontrer de l’attente de reconnaissance.

Par ailleurs, le besoin de reconnaissance est-il le même pour tous les collaborateurs ? Il est probable que le développement du télétravail renforce la nécessité de mettre en place une politique claire, lisible de reconnaissance au travail.

Enfin, la reconnaissance n’est-elle qu’individuelle ? Comment peut-on reconnaître l’action, le mérite collectif dans les organisations collaboratives ?

  1. Qu’est-ce que la reconnaissance au travail ?

  • Définition de la reconnaissance au travail

La reconnaissance au travail est avant tout un échange, une communication sans ambiguïté qui démontre que le travail est apprécié à sa juste valeur.

Ainsi la reconnaissance est :

  • La perception par l’individu des marques de considération transmises par sa hiérarchie, ses collègues ses clients,
  • Mais aussi les attentions portées aux autres.

  • Pourquoi avoir besoin de reconnaissance au travail ?

Pour de nombreuses personnes et ne serait-ce que par le temps que nous y consacrons, le travail est le lieu sur lequel nous nous développons, nous nous réalisons.

La reconnaissance au travail c’est ainsi la valorisation de notre propre identité, ce qui nous construit. Elle est donc d’autant plus importante que l’organisation peut être une source d’uniformisation.

« En étant reconnu, je valorise mon individualité »

La reconnaissance c’est aussi le regard des autres.

« En étant reconnu, j’ai confiance et me sens légitime dans mon entreprise »

Ce besoin de reconnaissance peut être expliqué par les neurosciences. Lors d’une étude clinique en 2011, les chercheurs de l’Inserm ont identifié que les signes positifs de reconnaissance augmentent le taux de sécrétion de dopamine (appelée aussi l’hormone du plaisir). De ce fait, ce déclenchement de dopamine m’amènera ensuite à reproduire les comportements qui m’ont procuré du plaisir.

N’oublions pas non plus, que la reconnaissance au travail est un élément clé de la célèbre hiérarchie des besoins de Maslow : elle renforce le sentiment d’appartenance, d’estime de soi et répond au besoin d’accomplissement personnel.

En travaillant sur la reconnaissance, l’organisation se penche naturellement sur la qualité de vie au travail.

  • Quels sont les dangers du manque de reconnaissance ?

Au regard de ces aspects fondamentaux que représente le besoin de reconnaissance au travail, le danger d’un manque de reconnaissance est réel et peut être critique.

Nous pouvons ainsi recenser ces indicateurs issus de différentes études :
 

Les dangers du manque de reconnaissance
Stress

Le manque de reconnaissance représente le 2ème cause de stress au travail.

Le stress représente lui-même de

  • 19% des coûts d’absentéisme
  • 40% des coûts de turn-over

Source : « Santé mentale au travail : prévention et moyens d’action », Entreprises Québec, 2018

Détresse psychologique, dépression et maladie

Le manque de reconnaissance triple le risque de maladie et double celui d’état dépressif chez les salariés.

Le manque de reconnaissance au travail multiplie par quatre le risque de subir une détresse psychologique au travail.

Source : « La reconnaissance au travail : des pratiques à visage humain », Jean-Pierre Brun, 2006

Perte de l’engagement

Le manque de reconnaissance en entreprise nuit à l’engagement des collaborateurs.

Source : “Le bonheur au travail, tout le monde y gagne”, Robert Half, 2016.

 

Les implications pour l’organisation sont bien sûr nombreuses :

  • Accroissement du taux d’absentéisme,
  • Augmentation du taux de turn-over,
  • Diminution de la productivité.

 

Intranet collaboratif

 

  • Pourquoi il est difficile d’identifier le besoin de la reconnaissance au travail ?

Malgré les besoins fondamentaux et les risques du manque de reconnaissance, pourquoi les organisations n’abordent elles pas plus massivement la reconnaissance au travail ?

Le besoin de reconnaissance ne s’exprime jamais directement : rarement, un collaborateur dira qu’il n’est pas assez reconnu.

Il faut donc identifier les symptômes divers qui pourront survenir dans différentes situations de travail.

  • Les remarques des salariés. Elles peuvent sembler anodines mais sont porteuses d’attentes voire d’alertes : « j’ai l’impression de n’avoir travaillé pour rien », « je ne comprends pas pourquoi on me demande de faire cela », « mon client ne me dit jamais merci », « je n’ai pas l’impression de travailler dans une équipe » « ça fait longtemps que nous n’avons pas vu notre dirigeant » ;
  • Les remarques des managers. Ils pourront exprimer leurs difficultés à répondre aux besoins de reconnaissance : « je ne sais pas comment faire », «je n’ai aucun levier, aucun moyen pour répondre à leurs attentes », « le système de reconnaissance est trop complexe et illisible » ;
  • Les remarques des responsables RH. Les DRH peuvent être démunis et dans l’incapacité à piloter efficacement leurs politiques de reconnaissance. Pour 54% des RH, les politiques de reconnaissance sont insatisfaisantes (Enquête 2016 – Anact)

 

Logiciel de Gestion des talents

 

  • Quand reconnaître le bon travail d’un collaborateur ?

Chaque période d’un cycle de travail comporte ses moments clés pour qu’un responsable reconnaisse le travail fourni par un collaborateur.
 

Les moments clés pour qu’un responsable reconnaisse le travail fourni par un collaborateur :
Avant le lancement d’un projet Pendant le travail Après une mission
Le démarrage d’un projet, l’intégration d’un nouveau collaborateur, la nomination à un projet, une nouvelle équipe ou un nouveau poste sont autant de moments clés qui permettent d’exprimer une reconnaissance.
Ainsi, la reconnaissance se fait a priori de l’engagement effectif du collaborateur. La compétence du collaborateur est reconnue
C’est l’investissement fourni, les résultats intermédiaires obtenus qui seront valorisés. La fin d’un projet, d’une mission est l’occasion pour le manager de reconnaître le résultat obtenu.

 

  1. Quelles sont les différentes formes de reconnaissance au travail ?

  • Les différents points de vue de la reconnaissance au travail

La littérature scientifique de la reconnaissance au travail fait apparaître quatre dimensions principales.

  1. La reconnaissance existentielle.

La reconnaissance existentielle s’intéresse à la personne, au principe unique de ce qui la caractérise.  Ainsi la reconnaissance, selon cette approche s’exprimera par le témoignage de l’intérêt porté à la personne. Selon cette conception « humaniste », si je prends le temps de m’intéresser à mon entourage, de démontrer l’importance de leur action, alors il devrait y avoir un engagement spontané.

  1. La reconnaissance de la pratique du travail.

La reconnaissance de la pratique du travail est celle qui renvoie à la reconnaissance des compétences ou qualités professionnelles.

Concrètement, la reconnaissance des compétences pourra s’exercer de plusieurs manières :

  • Mettre en valeur les compétences mobilisées par une personne et ainsi valorisé l’expertise,
  • Reconnaitre un savoir être difficile à évaluer comme la créativité, l’innovation ou l’autonomie,
  • Former le collaborateur : je reconnais par ce moyen la nécessité de mobiliser et développer une compétence particulière.

  1. La reconnaissance de l’investissement.

Au-delà des compétences mobilisées et sans présumer des résultats, l’effort consenti par les collaborateurs peut être reconnu. Cet effort individuel ou collectif peut être simplement lié à la charge de travail ou lié à une responsabilité déléguée.

Ainsi, deux dimensions peuvent être reconnues :
 

Dimension Objective Dimension Subjective
  • Répétitivité
  • Charge physique
  • Pression sur les délais
  • Volonté du salarié
  • Motivation
  • Initiative
  • Implication dans l’équipe

 

  1. La reconnaissance des résultats.

Cette dimension de la reconnaissance est la plus factuelle et la plus immédiate. Elle est directement liée au travail accompli, à l’atteinte des objectifs voire au rendement escompté.

  • Les acteurs de la reconnaissance : par qui la reconnaissance s’exerce-t-elle ?

Les sources de reconnaissance sont variées et ne dépendent pas uniquement du manager.

D’ailleurs, les résultats de l’enquête ci-dessous le démontrent.

Dans votre entreprise, quelles sont les principales sources de reconnaissance ?

 
quelles sont les principales sources de reconnaissance

 

Les principales sources de reconnaissance au travail
Niveau institution « La Direction »
La reconnaissance au travail à ce niveau se détermine au travers les politiques de reconnaissance. L’organisation pose les règles du jeu, la trajectoire et fixe les enjeux de la reconnaissance au travail.
Niveau vertical ou hiérarchique « Le manager »
Il est à noter qu’elle s’exprime aussi bien du manager vers ses collaborateurs que des collaborateurs vers leur manager.
Niveau horizontal « Les collègues »
C’est la reconnaissance qui s’exprime entre pairs. Cette reconnaissance est importante car elle est déclarée par ceux qui réalisent la même activité et donc a priori les mieux placés pour juger de la qualité du travail.
Niveau externe « Le client »
C’est la reconnaissance exprimée à l’occasion des relations avec les partenaires, fournisseurs ou clients.
Niveau social « Les collègues des autres services »
La reconnaissance au travail peut se déclarer dans les relations au sein de communautés qu’elles soient des communautés d’intérêts, de lieu, de pratique ou d’actions.

 

  1. Quels sont les bienfaits de la reconnaissance au travail ?

Si l’absence de reconnaissance au travail est un facteur aggravant des risques psychosociaux, à l’inverse, s’engager dans une démarche de reconnaissance est un levier de mobilisation important.

Les bienfaits de la reconnaissance au travail

  • Bien être

Des collaborateurs régulièrement remerciés, valorisés sur leurs compétences, leurs implications, leurs résultats se sentent naturellement mieux à leur poste et gèrent mieux la pression du quotidien. Un collaborateur qui se sent apprécié pour son travail est un collaborateur heureux est

  • Engagement

Un collaborateur reconnu s’engage davantage pour son équipe et son entreprise. La reconnaissance au travail est certainement le secret d’un collaborateur engagé et l’engagement est crucial lorsque les ressources clés se raréfient.

  • Productivité

La reconnaissance au travail a un effet notable sur la performance. 54 % des DG et managers affirment en effet que l’engagement et la motivation des équipes sont le facteur « numéro un » pour la productivité de l’entreprise. (Enquête Robert Half Juillet 2017)

  • Motivation

La motivation a pour prérequis une personne qui a confiance en elle-même. Comment se motiver si je suis convaincu d’échouer ? La reconnaissance permet de renforcer l’estime de soi et pose ainsi les fondations d’une motivation solide et pérenne.

  1. Comment mettre en place un système de reconnaissance ?

S’il est déterminant de favoriser la reconnaissance au travail, que les prérequis et les modalités pour la développer ?

La condition première est le celui de sa cohérence. Il ne suffit pas de déployer un prêt à l’emploi de la reconnaissance.

L’ANACT propose une grille de définition du système de reconnaissance
 

Critères Description Exemple
Objectifs Quels sont les attendus portés par le système de reconnaissance ?
  • Maîtrise de coûts
  • Attractivité de l’entreprise
  • Réduction du turnover
  • Innovation produit
Valeurs portées Cet item est plus « philosophique » mais est déterminant pour s’assurer de sa cohérence avec la culture, l’histoire de l’entreprise.
  • Valorisation de la prise de risque
  • Concurrence individuelle
  • Entre aide
Principe de reconnaissance Qui reconnait-on ? comment ? Par qui ? à quel moment ?
  • L’individu ou le collectif
  • L’expérience ou la compétence
  • Par le management ou en favorisant l’animation de communautés
  • Par la prime ponctuelle, une augmentation, une reconnaissance non pécuniaire
  • Mensuellement ou lors des entretiens annuels
Objectivité du système Comment identifier l’occasion et le besoin réel de reconnaissance ? Comment mesurer ce qui n’est pas nécessairement mesurable ?
  • Est-elle forte ou faible ?
  • Accepte-t-on la subjectivité ?
Forme d’équité Par la reconnaissance, quels sont les principes d’égalité ou d’inégalité qui sont favorisés
  • Égalité salariale par l’attribution de prime collectif au résultat
  • Création d’une communauté d’expert
Risques Que ce soit pour les collaborateurs ou par l’entreprise, la mise en place d’un système de reconnaissance doit être associée à une évaluation des risques
  • Risque de passager clandestin dans une reconnaissance uniquement collective
  • Accroissement de la pression
  • Mise en concurrence trop forte et rupture du lien social

 

Les 4 critères pour un système de reconnaissance équilibré :

  • Équitable : la perception entre ma contribution et la reconnaissance est partagée
  • Sens : le système de reconnaissance porte des valeurs partagées et comprises
  • Légitime : la finalité du système reconnaissance est admise. Les contributeurs connaissent l’activité des collaborateurs.
  • Confiance : le partage et la compréhension des 3 principes précédents permettent une adhésion de tous à la politique de reconnaissance.

Créer une culture de la reconnaissance est un projet d’entreprise

 

  1. Comment augmenter la reconnaissance au travail ?

  • La reconnaissance au travail doit-être fréquente :

La reconnaissance n’est pas l’antique campagne d’évaluation annuelle. Elle est doit être quotidienne car les succès même mineures sont réguliers.

  • La reconnaissance au travail doit-être spontanée :

Pourquoi attendre pour dire bravo, pour remercier. La fin d’un projet n’est pas la seule occasion par féliciter. Les résultats intermédiaires ou parfois même les difficultés ponctuelles sont des opportunités pour valoriser le travail.

  • La reconnaissance au travail doit-être individualisée :

La reconnaissance est intimement liée à la perception personnelle, à son identité propre. Chacun a donc des attentes pouvant être différentes. La reconnaissance n’est donc pas qu’un simple merci. Accompagner un collaborateur dans son plan de carrière au travers des formations est une marque importante de reconnaissance.

La reconnaissance peut être informelle mais aussi formelle par des actions de communication des bonnes pratiques, des témoignages des collaborateurs, la mise en place de système d’ambassadeurs de pratiques.

  • La reconnaissance au travail doit-être collaborative :

La reconnaissance s’exprime par tous et pas uniquement par les managers. Le développement des communautés dans l’entreprise soutien l’expression de la reconnaissance. C’est aussi l’occasion de lier la reconnaissance individuelle et collective. Les plateformes de collaboration sont le terrain privilégié pour exprimer la reconnaissance pour le travail d’un collègue ou la réussite d’une équipe.

Communication interne

 

Qu’est-ce que la reconnaissance au travail ?

La reconnaissance au travail consiste à reconnaître la valeur du travail et les réussites des collaborateurs et des équipes dans son organisation.
Cela passe par le fait d’instaurer une relation personnalisée entre l’entreprise, les managers et les collaborateurs pour souligner les efforts fournis, les compétences, la qualité du travail et les réalisations de chacun.

Trouvez la définition complète de la reconnaissance au travail


Quelles sont les différentes formes de reconnaissance au travail ?

La reconnaissance au travail pourra s’exercer

  • Sur l’effort engagé,
  • Sur les compétences mobilisées,
  • Sur les résultats atteints.

Découvrez en détails les différentes formes de la reconnaissance au travail


Quels sont les bienfaits de la reconnaissance au travail ?

La reconnaissance au travail permet :

  • Le maintien et développement de l’engagement,
  • L’augmentation du bien-être au travail,
  • Une plus grande productivité et qualité de travail,
  • L’accroissement de la motivation.

Découvrez les avantages et les bienfaits de la reconnaissance au travail


Comment augmenter la reconnaissance au travail ?

Il est nécessaire de développer la culture de la reconnaissance, la rendre spontanée et en cohérence avec l’identité de son organisation. Elle doit tenir compte des différences de chacun et être collaborative.

Trouvez quelques conseils et astuces pour augmenter la reconnaissance au travail

Postes Connexes

Je suis expert en transformation collaborative. Fortement marqué par plus de 10 ans d’activités dans la gestion des ressources humaines et les SIRH, je suis passionné par toutes les problématiques d’engagement individuel et collectif.

Commentaires
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code class="" title="" data-url=""> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <pre class="" title="" data-url=""> <span class="" title="" data-url="">